Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2006-06-16T19:52:28+02:00

Maintenir les relations avec les proches parents

Publié par Muslim-93

Allah ta^ala dit :

[sourat An-Niça' / 1] ce qui signifie : "Craignez Allah au nom duQuel vous vous implorez les uns les autres et maintenez les relations avec les proches parents".

Certes, l'Islam incite à bien maintenir les relations avec les proches parents afin de raffermir les relations de parenté et d'étendre la bonne entente et l'affection entre les musulmans.

Un jour, un compagnon a interrogé le Messager de Allah  en disant : "Ô Messager de Allah, indique-moi une œuvre telle que, si je la fais, j'entrerai au paradis".

Il a répondu  :

ce qui signifie : "Donne à manger, maintiens les relations avec les proches parents, accomplis la prière de nuit pendant que les gens dorment, tu entreras au paradis en paix".

Les proches parents sont les proches de la personne qu'ils soient du côté de son père ou de sa mère et quiconque rompt avec l'un d'eux mérite le châtiment sévère de Allah. Allah ta^ala dit :

[sourat Mouhammad / 22-23] ce qui signifie : "Vous réussirez si vous arrêtez de semer la destruction sur terre et de rompre vos liens de parenté ; car ceux-là sont ceux que Allah a maudits, alors Il les a rendus sourds et aveugles ".

Il dit  :

[rapporté par Al-Boukhariyy] ce qui signifie : "N'entrera pas au paradis celui qui rompt les liens de parenté".

La signification de ce hadith est que celui qui rompt les liens familiaux n'entrera pas au paradis parmi les premiers. La signification de "maintenir les liens de parenté" c'est rendre visite aux proches que l'on peut visiter, écrire à ceux qu'on ne peut visiter et aider celui d'entre eux qui est dans le besoin. Il n'est donc pas permis au musulman de rompre les liens avec les proches parents.

Mon frère musulman, sache que visiter tes proches qui ne te rendent pas visite n'est pas un rabaissement ni une humiliation. Au contraire c'est une bonne qualité et une œuvre d'obéissance envers Allah ^azza wa jall. A ce propos, le Prophète  a dit :

[rapporté par Al-Boukhariyy] ce qui signifie : "Celui qui maintient vraiment les liens de parenté, ce n'est pas celui qui rend la pareille mais c'est celui qui les entretient avec ceux qui ont rompu avec lui".

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

farid 19/01/2011 10:46


Les droits du voisin

L’une des principes de la foi en Allah et au jour Dernier est d’être généreux envers son voisin. Abou Houraira rapporta que le messager d’Allah dit : « Que celui qui croit en Allah et au jour
Dernier se montre généreux envers son voisin. Que celui qui croit en Allah et au jour Dernier reçoive généreusement ses hôtes. Que eelui qui croit en Allah et au jour Dernier ne dise que du bien ou
se taise». [Muslim]

Le musulman a une énorme obligation envers ses voisins, le bon comportement envers eux est considéré comme étant un signe de foi. On rapporte d’Anas que le prophète dit : « Je jure par celui qui
dispose de mon âme qu’aucun serviteur ne sera croyant tant qu’il ne désire pas pour son voisin ce qu’il désire pour lui-même. ». [Al-Bukhârî et Muslim]

Celui qui se comporte convenablement envers son voisin est considéré comme le meilleur des hommes auprès d’Allah. Ibn Omar rapporta : « Le Messager d’Allah dit : « Le meilleur des compagnons auprès
d’Allah est celui qui se comporte le mieux envers son compagnon. Le meilleur des voisins auprès d’Allah est celui qui se comporte le mieux avec son voisin. »

Allah a lié le droit du voisin avec son plus grand droit qui est l’unicité. Allah dit : « Adorez Allah et ne lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers (vos) père et mère, les proches, les
orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur et les esclaves en votre possession, car Allah n'aime pas, en vérité, le présomptueux, l'arrogant. »
[Sourate : Les femmes, verset : 36]

Le proche voisin signifie proche de par la parenté. Quant au mot « collègue », il signifie : compagnon de voyage, collègue au travail ou épouse. Tous ceux-là, Allah nous les a recommandés pour leur
grande importance et leur haut rang.

Il est à noter qu’y a trois sortes de voisins :
1. Le voisin proche et musulman. Ce dernier a trois droits : Le droit du voisinage, Le droit du lien de parenté, Le droit du musulman
2. Le voisin musulman. Celui-ci a deux droits : Le droit du voisinage, Le droit du musulman
3. Le voisin non musulman : il n’a qu’un droit : Le droit du voisinage
Nous en avons pour preuve l’exemple d’Abdullah ibn Amr : On égorgea une brebis chez lui. Quand il revint, il dit : « Avez-vous offert une part à notre voisin juif ?

L’imam Boukhari a cité dans son livre [Adad Al-Mafuaa] rapporté par Az-Zohri que le voisinage s’étend sur un périmètre de quarante maisons de chez soi. Cette limitation est citée dans le hadith
suivant : « Un homme est venu se plaindre de son voisin auprès du prophète. Il lui dit : « J’ai déménagé dans un quartier de tel tribu. La personne la plus proche de moi est la personne qui me nuit
le plus. Le prophète envoya Abou Bakr et Omar aux portes de la mosquée et leur ordonna de faire l’appel suivant : la quarantième maison fait partie du voisinage, ne sera pas croyant celui dont le
voisin n’est pas à l’abri de ses maux ». [faible]

Dans une autre narration, Abou Choraih rapporta que le prophète dit : « Par Allah, il ne croit pas ! Par Allah, il ne croit pas ! Par Allah, il ne croit pas ! » « - Et qui donc, Ô Messager d’Allah,
lui demanda-t-on, ne croit pas ? » Il répondit : « Celui dont le voisin n’est pas à l’abri de la méchanceté et des maux » [Al-Bukhârî]

Dans un autre hadith Abû Houreira rapporte qu’il fut dit au Prophète : « Unetelle jeûne le jour et passe la nuit en prière, mais cause du tort à ses voisins par sa langue. » Le
Prophète dit alors : « Il n’y a rien de bon en elle, elle sera en Enfer » Et on lui dit aussi : « Une telle accomplit ses prières obligatoires, jeûne le mois de Ramadan, donne en aumône du fromage
frais et ne porte préjudice à personne par sa langue. » « Elle ira au Paradis », dit le Prophète . [Ahmed authentifié par Albani]

Le prophète a considéré la trahison du voisin comme l’un des plus grands péchés. ‘Abdellah Ibn Mass’oud raconte ceci: j’ai demandé au prophète quel était le péché capital condamné par Allah. Le
prophète m’a répondu : « C’est d’attribuer à Allah un associé considéré comme pareil à Allah qui t’a créé ». Je repris : « C’est grave ». En outre, je demandai : « Quel autre ? » Il répondit : «
C’est de tuer ton fils de peur qu’il ne partage tes vivres ». Puis à ma question : « Quel est l’autre péché ? Il répondit : « C’est de commettre l’adultère avec la femme de ton voisin ».
[Muslim]

Dans un autre hadith authentique, le prophète posa la question à ses compagnons : « Que pensez-vous de l’adultère ? ». Ils dirent : « C’est une chose qu’Allah et le Messager ont rendu illicite ».
Il dit : « Commettre l’adultère avec dix femmes est moins grave que de le commettre avec sa voisine ».
Il dit ensuite : « Que dites- vous sur le vol ? ». Ils dirent : « c’est une chose qu’Allah et le Messager ont rendu illicite ». Il leur dit : « Voler dix maisons est bien moins grave que de voler
la maison du voisin. Et celui qui ferme la porte sur son voisin de peur pour sa femme et ses biens, il ne sera pas croyant ». [Ahmed authentifié par Albani]
Ce hadith fait allusion au principe qui suit : les péchés majeurs, selon leur énormité et leur intensité, diffèrent d’une personne à une autre. Un acte d’adultère est interdit mais commettre un tel
acte avec la femme de son voisin est un méfait bien plus infâme.

Sachez que celui qui nuit volontairement à son voisin se verra rangé avec une personne telle que la femme Abi Lahab, Umm Jamil, sœur d’Abou Sufyane qu’Allah a citée : « De même sa femme, la
porteuse de bois, à son cou, une carole de fibres ». [Sourate : « Les fibres », versets 4 et 5).

Elle jetait des branches épineuses la nuit devant la maison du prophète qui rentrait par des rues non éclairées, tardivement après la prière devant la ka’ba.

Voici maintenant les droits du voisin :

1. Parmi les droits du voisin, on retrouve ce qui est mentionné dans le hadith rapporté par Abou Hourayra: « Le prophète dit : « Les droits du Musulman sur un autre musulman sont au nombre de six :
Si tu le rencontres, salue-le. S’il t’invite, réponds à l’invitation. S’il te demande conseil, conseille-le. S’il éternue et qu’il dit gloire à Allah, réponds-lui : « Qu’Allah t’accorde sa
miséricorde. S’il est malade, visite-le S’il meurt, fais partie de son cortège funèbre ». [Muslim]

L’Islam a attribué au voisin une place de choix et un droit immense, Aicha rapporta que le prophète dit : «[L'Ange] Gabriel ne cessait de me recommander d’avoir des égards pour le voisin si bien
que je crus qu’il allait lui donner le droit à l’héritage ». [Al-Bukhârî]

2. Ne pas nuire au voisin et être patient lorsque le voisin nuit. Abou Horayra rapporta qu’un homme vint se plaindre de son voisin auprès du prophète. Il lui dit : « Retourne et sois patient. »
L’homme vint une deuxième et troisième fois. Le prophète lui dit : « Retourne et sois patient. » A la quatrième fois, Il lui dit : « Fais sortir tes meubles ». Il le fit. A chaque fois qu’un
passant passait près de lui, il lui demandait la raison de cela. Il dit : « Mon voisin me nuit. » Il l’insulta et le maudit. Le voisin vint chez le prophète pour se plaindre de cela. Le prophète
lui dit : « Non et sache que le châtiment est bien plus douloureux ». Il repartit chez son voisin et lui dit « Fais rentrer tes meubles, par Allah, je ne te nuirai plus jamais ». [Abou Daoud
authentifié par Albani]

On doit supporter ses torts et être indulgent à son égard. Un homme dit à Ibn Abbas : « J’ai un voisin qui me porte préjudice, m’insulte et me rend la vie difficile. » Il lui dit : « Va, s’il
désobéit à Allah en te portant préjudice, toi, obéis à Allah en lui faisant du bien. »

Une anecdote : Abou Hanifa avait un voisin qui le nuisait à chaque fois qu’il sortait de chez lui. Un jour qu’il sortait de chez lui, il n’a pas été nui. Il demanda des nouvelles de son voisin. On
l’informa qu’il avait été emprisonné. Abou Hanifa s’est présenté chez le directeur de la prison pour intercéder en sa faveur. Le directeur le fit sortir. Son voisin demanda qui l’avait fait sortir.
On lui dit : « Ton voisin Abou Hanifa. » Il dit : « Par Allah ! Je ne nuirais plus jamais mon voisin. »

3. Chercher à savoir si le voisin a besoin d’aide. Le prophète dit : « Ne sera pas croyant celui qui demeure la nuit rassasié et son voisin à côté affamé en le sachant ».

Le voisin de Abou Hatim eut une grosse dette au point où il dut vendre sa maison. Lorsque les gens se sont présentés pour acheter la maison, il leur dit que le prix de la maison s’élève à deux cent
mille dinars.
Les gens s’étonnèrent du prix. Il leur dit alors : « Le prix de la maison est de cinquante mille dinars et je demande cent cinquante mille dinars pour être le voisin de Abou Hatim. » Abou Hatim lui
dit : « Garde ta maison » et il lui paya sa dette.

Terminons par l’invocation de Daoud : « Ô Allah, je te demande refuge contre le mauvais voisin, car ses yeux me surveillent et son cœur ne m’oublie pas. »


Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog